Sortie Uzerche mars 2016

Dimanche 6 mars 2016, la sortie décrassage du Retromobil club de Tulle a conduit les Anciennes, plus ou moins âgées, entre Uzerche et Brive, à la découverte du savoir-faire des Compagnons.

 Pour sa première sortie de l'année 2016, traditionnellement baptisée "décrassage", le Rétromobil club de Tulle a choisi de s'intéresser au savoir-faire des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis. Et plus précisément à celui de l'une d'entre eux : Claude Bretagnolle.

Direction Uzerche, pour une vingtaine de véhicules et une quarantaine d'adhérents. Claude Bretagnolle, carrossier, a accueilli les visiteurs dans son antre où, depuis de nombreuses années, il travaille la tôle comme plus personne, ou presque, ne sait le faire. A partir d'une tôle plate, ce Compagnon crée une aile, une portière, ou n'importe quelle partie en métal d'une voiture. Voire n'importe quelle voiture ! Au marteau, les coups répétés et savamment portés ont une action physique, et quasiment chimique sur le métal, dont les molécules bougent, transformant le morceau de métal en oeuvre d'art.

De l'emboutissage au sous-planage, puis au planage, puis à la tôle prête pour l'apprêt, le travail de Claude Bretagnolle est une science appliquée à l'automobile, un art de la transformation dont il est l'un des derniers alchimistes.

Quelques chantiers incroyables sont attaqués, dans son atelier. Des italiennes, surtout. Une ISO est bien avancée, une autre va nécessiter encore bien du travail pour éliminer la rouille et reformer le métal. Une Alfa-Roméo aux planchers fatigués attend son heure. Et une Salmson est encore à la phase mannequin : un treillis de fer à béton, soudé sur le chassis, attend de recevoir les parties de carrosserie entièrement réalisées à la main. Un très long travail d'artiste.

Les adhérents ont été fortement impressionnés par ce savoir-faire, issu d'un temps pré-industriel, bien avant les ailes interchangeables en plastique d'aujourd'hui.

Après cette visite, les Retro boys and girls ont repris la route, direction Vigeois, pour un excellent repas dans la ferme-auberge du Grand Brugeron, où le canard est roi, le menu copieux et l'accueil sympathique.

L'après-midi, direction Brive pour la suite de la journée consacrée à l'art des Compagnons. Ceux-ci ont ouvert aux visiteurs du jour le Musée du Compagnonnage, dans les locaux de la Cayenne, bâtiment construit par les Compagnons eux-mêmes et qui abrite les chefs d'oeuvre de chacun, prouesses manuelles et intellectuelles qui leur ont permis de progresser dans le monde du compagnonnage.

Cette première sortie de l'année, courte (100 km) mais intéressante, aura permis aux 504, Ford Taunus 17 M, Porsche 911, Ami 8 et et autre Panhard de se dégourdir les pneus, aux adhérents d'apprendre beaucoup de choses... en attendant la sortie suivante.