Bibendum accueille le Rétro

Le Rétro a proposé un week-end auvergnat exceptionnel à ses adhérents, samedi 13 et dimanche 14 octobre. Musée de la mine de Messeix, visite de l'atelier d'un charron, d'un riche musée de la moto et de l'Aventure Michelin étaient, entre autres, au menu.

 Deux jours, 400 km, beaucoup d'informations et une bonne ambiance : les adhérents du Rétromobil club ont passé un bon week-end pour la dernière sortie 2018, les 13 et 14 octobre.

L'ex-route nationale 89 a conduit une dizaine de véhicules à travers la Corrèze jusqu'à Merlines. De là, une petite départementale a permis de rejoindre Messeix pour la visite de Minérail. La plupart des adhérents a découvert l'existence du site minier de Messeix, qui a fermé en 1988. Entretenues par une association d'hommes et de femmes passionnés, qui les ont sauvé de la destruction en 1990, les installations témoignent de ce que fut l'exploitation des mines d'anthracite. Les bâtiments, les machines et les objets précieusement conservés, et surtout les explications délivrées rappellent combien le travail de la mine était rude, technique. Il fut aussi l'âge d'or de cette commune rurale, qui a compté jusqu'à 950 habitants, accueillant jusqu'à 600 enfants dans son école, et comptant 50 bars ! Minérail mérite le détour, et l'association qui le fait vivre courageusement mérite d'être encouragée.

Les 2 CV, Dyane (en rodage !), coupés Fiat, Simca 1100, Renault Fuego, 4L  et autre DSuper ont ensuite retrouvé la RN 89 pour rejoindre Orcival, le temps d'un repas au pied de la basilique romane. Destination ensuite Saint-Ours-les-Roches. L'un des trois ou quatre derniers charrons français, Alain Montpied, a expliqué toute la technicité et la patience qui sont nécessaires pour fabriquer des roues en bois pour carrioles à chevaux, mais aussi pour voitures et pour camions d'avant la première guerre mondiale. Ce savoir-faire unique, Alain Montpied le transmet avec humilité et passion en espérant qu'il se transmette encore et toujours.

 Des motos, encore des motos...

La troupe a ensuite plongé vers la plaine de la Limagne, pour une visite du musée Baster, à Riom. Il rassemble la plus grande collection de motos de la marque Indian en Europe, et bien plus que cela : des Harley-Davidson aussi rares que rutilantes, des engins des pays de l'est, des cyclo français, des bicylindres à plat pas uniquement allemands... Patiemment constituée au fil des décennies par M. Baster, la collection est splendide, parfaitement mise en valeur, et continue toujours à croître. Elle a, elle aussi, été une belle découverte pour les visiteurs.

La soirée s'est poursuivie à l'Indian Saloon, à deux pas de là, où quelques-uns ont dû aller se déhancher un peu pour digérer l'excès de fajitas et de margarita.

Le lendemain, direction la capitale auvergnate, Clermont-Ferrand, pour un matinée consacrée à la chine, avec le vide-greniers géant et hebdomadaire de la place des Salins. Cette plongée dans les puces a permis de ramener toutes sortes de choses assez peu utiles, mais c'était bien le but... A midi pétantes, un repas attendait les roule-toujours Corréziens au restaurant Les Mécaniciens, comme il se doit, où le dessert était un gâteau en chocolat en forme d'écrou. Le style industriel des lieux n'était qu'une mise en bouche avant le plat principal du week-end : l'Aventure Michelin.

La visite du grand musée de la marque clermontoise, guidée mais un peu au pas de charge malheureusement, a donné un aperçu de cette formidable aventure industrielle, sur le site même où elle s'est construite. Personne, hélas, n'a pu repartir avec un pneu (même pas un bon de réduction : on est en Auvergne, tout de même !), mais chacun s'est passionné pour l'histoire de la seule multinationale française à avoir conservé son siège social dans une ville de province, à laquelle elle est indissociablement liée.

Les anciennes, et les moins anciennes, ont enfin repris la route de la Corrèze, sans éviter la terrible cote de la Baraque, puis le col de la Moréno, qui ont mis les bicylindres à l'épreuve mais pas à genoux, puisque tout le monde est rentré sans encombre. Et sans avoir vu une goutte de pluie de tout le week-end, ensoleillé de bout en bout. Vivement la prochaine sortie !

JLM