IMG 6183 DS Une

Une balade au salon Rétromobile, à Paris, ça équivaut de plus en plus à une visite au Louvre pour un amateur de peinture et de sculpture : on peut admirer des chefs d'oeuvre, en sachant qu'on ne pourra probablement pas se les payer. Mais que de beautés ! En plus, la sortie a permis à une demi-poignée d'adhérents de faire le point sur la situation des véhicules anciens avec la FFVE.

L'avantage d'une balade à Rétromobile, à Paris, est qu'à moins d'avoir le compte en banque méga-garni, on ne dépense rien. Les voitures sont bien sûr hors de prix (sans parler de celles de la vente aux enchères et de leurs frais de ventes) et le peu de pièces détachées est aussi à un bon tarif. Il reste le café et les sandwichs, qui eux-mêmes ne sont pas donnés.

Mais là n'est pas l'intérêt. Le but est bien sûr de voir de près, parfois de toucher pour les plus turbulents, des véhicules hors du commun. Bugatti Atlantic, Ferrari Dino, Delahaye, Aston Martin à gogo et Jaguar à la pelle : l'expo est extraordinaire avec des véhicules parfois en unique exemplaire.

L'intérêt se situe aussi dans les rencontres, celle d'un carrossier anglais travaillant l'alu centimètre par centimètre ; celle d'un passionné de véhicules militaires qui raconte comment il a trouvé son side-car alors qu'il était ado, dans une grange, sous une montagne de banquettes de voitures ; celle encore des amoureux de la Citroën CX, regroupés dans l'Agence CX et qui bataillent pour sauver celles qui seront bientôt de vedettes de la collection, à n'en pas douter.

Journée du Véhicule d'époque le 30 avril

L'intérêt de la visite à Rétromobile est aussi de s'informer sur l'actualité de la voiture ancienne. La Fédération française des véhicules d'époque, auquel notre club, le Rétromobil (sans "e" celui-là) tenait son assemblée à deux pas de là. Ce fut l'occasion d'apprendre que le contrôle technique allait bientôt être supprimé pour les véhicules d'avant 1960. La FFVE bataille également contre la taxe à l'essieu, qui pénalise les poids-lourds. Elle a été réduite de moitié pour les véhicules anciens mais la FFVE travaille à son élimination complète.

Enfin, histoire de redorer un peu le blason des véhicules anciens face à la mise en place des zones de circulation restreinte à Paris et bientôt dans plusieurs autres métropoles françaises, la FFVE propose que s'organise partout en France, le 30 avril, la Journée nationale du véhicule d'époque, avec pour objectif de faire sortir un maximum de véhicules des garages. Le Rétromobil club de Tulle va s'associer au mouvement. On vous tient au courant dès que tout est calé.

JLM (photos : JLM et MP)